jeudi 28 avril 2016

La Turquie poursuit le génocide culturel et religieux des chrétiens initié en 1915

  • Alors qu'encore une autre énorme mosquée a ouvert aux Etats-Unis (financée par le gouvernement turc), les chrétiens en Turquie attendent le jour où les autorités turques leur permettront de construire ou d'utiliser leurs églises et y prier en toute sécurité.
  • En Turquie, certaines églises ont été converties en écuries ou utilisées comme entrepôts. D'autres ont été complètement détruites. Les ventes d'églises sur Internet sont une pratique courante.
  • Pendant ce temps, le président turc, Erdogan, a déclaré lors de la cérémonie d'ouverture de la mosquée du Maryland que le centre était important à un moment d'une «augmentation malheureuse de l'intolérance envers les musulmans aux États-Unis et dans le monde."
  • Comment se sentiraient les musulmans si les mosquées de La Mecque avaient été mises en vente sur Internet, transformées en écuries, ou rasées? Comment se sentiraient-ils si un enfant musulman avait été battu en classe par son professeur pour ne pas avoir dit : «Jésus est mon Seigneur et Sauveur?" Comment se sentiraient-ils s'ils recevaient continuellement des menaces ou des insultes pour avoir seulement tenté pacifiquement de prier dans leurs mosquées?
Le 2 Avril, une   gigantesque mosquée de style ottoman, a été inaugurée  à Lanham, Maryland par le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan. La mosquée, selon des responsables turcs, est «l'une des plus grandes mosquées turques construites en dehors de la Turquie."
Les fonds pour la construire, comme l'a rapporté le journal pro-gouvernemental turc, Sabah , proviennent de la Présidence des affaires religieuses, connue sous le nom Diyanet, ainsi que des organisations turco-américaines à but non lucratif gérées par l' Etat de la Turquie.

La mosquée fait partie d'un complexe plus vaste, communément appelé "Maryland Kulliye ." Un Kulliye , car c'est ainsi que ces complexes islamiques ont été appelés à l' époque ottomane, est un ensemble de bâtiments, centrés sur une mosquée et composé de diverses installations dont une madrassa (école religieuse islamique).
Erdogan a récité des versets du Coran dans la mosquée après l'inauguration.
Pendant ce temps, des milliers de kilomètres de la terre américaine, en Turquie, les chrétiens ont depuis des décennies, été privés du droit de construire leurs lieux de culte.
Le rapport 2015 de l' Association des Eglises protestantes  de la Turquie a révélé de nombreuses pratiques violentes, répressives et discriminatoires contre les chrétiens protestants en Turquie. Selon le rapport, les crimes haineux, physiques et agressions verbales ainsi que des menaces contre les chrétiens protestants, étaient monnaie courante en 2015 - comme pendant les années précédentes. [1]

"Aucune réaction des autorités n'a eu lieu, alors que les auteurs de ces actions ont étés identifiés dans les plaintes déposées, avec la teneur des menaces, les numéros de téléphone, adresses e-mail, profils Facebook et liens YouTube " selon le rapport .
Les chrétiens vivent également de nombreux problèmes dans les classes obligatoires dites "de religion et d'éthique», qui servent dans la plupart de cas à endoctriner les écoliers dans les enseignements de l'Islam. Une déclaration obligatoire de la foi est l'un des plus graves problèmes auxquels sont confrontés les chrétiens.
"L'identification obligatoire  de l'appartenance religieuse sur les cartes d'identité oblige les gens à déclarer leur foi et augmente le risque de faire face à la discrimination dans chaque domaine de la vie», a déclaré le rapport. "Par exemple, ceux qui veulent être exemptés de l'instruction religieuse obligatoire n'ont pas le droit de quitter les cours de religion parce qu'ils doivent prouver qu'ils sont chrétiens pour que leurs enfants en soient exemptés."

Par Exemple, Huseyin Bayram , 11 ans,  un élève  d'une école primaire à Diyarbakir, s'est converti au christianisme protestant, avec sa famille, en 2008. Mais parce qu'il était encore officiellement enregistré en tant que musulman, il a dû assister à la classe islamique obligatoire à école.
En 2010, la famille de Huseyin a déposé une plainte contre l'enseignant de la classe religieuse islamique obligatoire de leur enfant, en déclarant que l'enseignant a giflé leur fis en salle de classe.
Huseyin affirme que l'enseignant a demandé à l'ensemble de la classe de dire la profession de foi islamique - la  shahada ( «J'atteste qu'il n'y a pas de divinité en dehors d'Allah et que Muḥammad est l'envoyé de Dieu.) Trois fois, il ne l'a pas fait, et lorsque le professeur lui a demandé pourquoi, il a dit:. «Monsieur, je vais à l'église. Je ne connais pas la shahada et je ne veux pas l' apprendre ".
L'enseignant, cependant, a rejeté l'accusation de coups: «Je ne savais pas que l'enfant était un chrétien, je lui ai posé la question que je pose à tout le monde."

Comme toutes les autres villes de la Turquie actuelle, Diyarbakir - appelés Dikranagerd ou Dikrisagerd par la communauté arménienne - a une longue histoire de christianisme.
Après la division de l'Empire romain, l'Anatolie - du mot grec «Anatole» qui signifie «est» ou «lever du soleil» - est devenu une partie de l'Empire byzantin. Au IVe siècle, l'Anatolie occidentale et centrale étaient majoritairement chrétienne et les habitants parlaient majoritairement grec. Une magnifique civilisation chrétienne a été créé au cours des siècles - jusqu'à ce que le territoire ait été envahi d'abord par les Turcs seldjoukides et plus tard par l'Empire ottoman.
L'année 1915 a marqué le pic du génocide chrétien, aussi à Diyarbakir . « La plupart des Arméniens vivant à l' intérieur de la ville ont été pris au piège» , a écrit le révérend Dr. George A. Leylegian » , et quartier par quartier, les Ottomans ont pillé des biens et tué le Dikranagerdtsis impuissants. Les gendarmes ont bouclé chaque rue, puis pillé les maisons sans encombre ".
Être un candidat à l'Union européenne n'a pas changé l'attitude de la Turquie envers les églises et les chrétiens.
Ce mois de Mars, de nombreux endroits à Diyarbakir - y compris l'église apostolique Surp Giragos arménienne, et les églises catholiques arméniennes - ont été expropriées par le gouvernement turc, ainsi que l'Eglise chaldéenne Surp Sarkis, l'antique église assyrienne de la Vierge Marie, et de l'église protestante de la ville .
Les Chrétiens protestants éprouvent toujours de graves problèmes établissant des lieux de culte.
«Les demandes d'ouverture d'un lieu de culte ont été déposé il y a longtemps, elles n'ont soit pas reçu de réponse soit essuyé un refus. C'est une indication claire sur cette situation que de subir un rejet ou embourbé dans un processus bureaucratique sans fin. ...
"A part quelques exceptions, les congrégations chrétiennes sont empêchées d'utiliser des églises historiques pour les services du dimanche ou les fêtes, ces bâtiments sont détenus par les institutions gouvernementales et sont utilisés à des fins autres que les services de l'église."
L'Eglise protestante d'Istanbul, par exemple, a officiellement demandé que l'Eglise Meryem Ana (Mère Marie)  - dans les mains de la ville de Kayseri et utilisés dans le passé comme un centre sportif - soit attribué aux chrétiens vivant dans Kayseri pour répondre à leurs besoin d'un lieu de culte.
"Pas une réponse écrite n'a été donné à cette demande . Cependant, lors des réunions avec les responsables de la ville, il a été indiqué officieusement que l'église serait transformée en mosquée ou utilisé comme un musée. L'église a poursuivi ses efforts sur cette question en 2015."


L'Eglise protestante d'Istanbul a officiellement demandé l'année dernière que les chrétiens locaux soient autorisés à prier dans l'Église Meryem Ana - dans les mains de la ville de Kayseri et utilisée dans le passé comme centre sportif. Les fonctionnaires municipaux ont indiqué que l'église serait plutôt transformée en mosquée ou utilisé comme un musée.

La ville de Césarée, aujourd'hui appelé Kayseri, était le lieu où Saint Krikor Lusavoric - ou Saint Grégoire l'Illuminateur (AD 257-331), saint patron et premier chef officiel de l'Eglise apostolique arménienne - a grandi et a adopté le christianisme comme sa religion .
Le roi Tiridate III de l'Arménie, sous la direction de saint Grégoire, a proclamé le christianisme la religion officielle de l'Etat en 301. L'Arménie est ainsi devenue la première nation à adopter le christianisme comme religion officielle.
"Si la Mecque est considéré comme sacrée pour les musulmans", selon le site de la Fondation de l'Eglise arménienne de Kayseri Surp Krikor Lusavoriç , "Kayseri l'est de même pour les Arméniens étant la première ville où a été adopté le christianisme."
"Kayseri avait une forte présence arménienne jusqu'aux années 1970," écrit l'auteur Aris Nalci. ». Aujourd'hui, il n'y a pas d' églises arméniennes actives dans la ville, sauf pour l'Eglise Lusavorich Krikor situé dans le centre-ville".  En 1915, il y avait plus de 50.000 Arméniens vivant dans cette grande ville de commerce; en 1965, il était dit qu'il restait encore 130 familles. Cependant de nos jours, il ne reste que quelques Arméniens".

Aujourd'hui, les dernières traces du christianisme à Kayseri sont sur le point de disparaître.
L'Eglise Association Agape dans la ville de Ordu a récemment demandé aux autorités turques d'utiliser l'historique église orthodoxe Taşbaşı comme son église. Le directeur provincial des affaires de la culture et du tourisme a rejeté la demande, en disant que "l'église sera utilisé comme musée d'archéologie."
Ordu, ou Kotyora en grec, était une ancienne ville grecque dans la région nord de l' Anatolie historiquement connue comme Pontus (qui signifie «mer» en grec).
Tout au long des siècles, les chrétiens ont prospéré dans la ville - jusqu'à l'invasion islamique de la région. Les habitants chrétiens de Ordu ont également été victimes des génocides grecs et arméniens perpétrés par les Turcs musulmans entre 1913 et 1923.
"Il y a des recits," écrit l'historien Sam Topalidis, "des Arméniens d'Ordu étaient entassés dans des bateaux seulement pour être plus tard jetés par-dessus bord dans la mer Noire et s'y noyer."
Après les déportations, les massacres, les marches de la mort, des viols et d'autres atrocités - ainsi qu'en 1923, les échanges forcés de populations entre la Grèce et la Turquie - Ordu est devenue presque dépourvue de sa population chrétienne, comme toutes les autres villes d'Anatolie.

" Des expériences similaires pendant de nombreuses années ont enraciné la croyance dans la communauté protestante que les procédures juridiques pour établir ou construire une église sont pratiquement impossibles à satisfaire et que ce droit n'existe seulement que sur le ​​papier" a rapporté l'Association des Eglises protestantes.

Les ventes d'églises sur Internet sont une pratique courante.
L'église assyrienne Mor (Saint) Youhanna dans la province de Mardin et l'église historique de Saint John grecque à Bursa ont été mis en vente par les propriétaires en titre en Juin 2015.
En Janvier 2016, une autre église grecque historique de la province de Kayseri a été mise en vente sur Internet. En Février 2016, une église catholique arménienne, vieille de 300 ans dans la province de Bursa a été mise sur un site de vente en ligne par un agent immobilier. Son prix a été de 1,5 millions de dollars.

Donner les titres des églises aux particuliers a été l' une des politiques du génocide arménien, a déclaré le chercheur Nevzat Onaran.
"En 1915, la vie et le droit à la propriété des Arméniens ont été détruits. La mise en vente des églises mis en place aujourd'hui sont la preuve du fait que le processus de dévastation commencé en 1915 par le Comité de l'Union [turc ottoman], et par le gouvernement du parti du Progress continue de nos jours. "
Cette politique a visé non seulement les Arméniens, mais tous les autres peuples non-musulmans en Anatolie. Certaines églises ont été converties en écuries ou utilisées comme entrepôts. D'autres ont été complètement détruites.

En pendant que les musulmans aux États-Unis ont construit une autre énorme mosquée avec l'aide de la Turquie, les chrétiens en Turquie attendent le jour où les autorités turques de l'Etat leur permettront librement de construire ou d'utiliser leurs églises et y prier en toute sécurité.
En attendant, le président turc Erdogan a déclaré lors de la cérémonie d'ouverture de la mosquée du Maryland que le centre était important à un moment d'une «augmentation malheureuse de l'intolérance envers les musulmans aux États-Unis et dans le monde."
Les Chrétiens en Turquie ont subi non seulement les sentiments les plus intenses de l'intolérance et de la haine, mais aussi des attaques interminables et même des meurtres. La culture et la civilisation chrétienne en Anatolie est sur le point de l'anéantissement total.

"Les détails glanés dans l' étude des siècles précédents nous aident comme les Occidentaux de percevoir la relation unique entre la religion et la politique et, espérons -le , à mieux comprendre ses manifestations modernes » , écrit le savant Judy Henzel.
Aujourd'hui le grecque Cappadocien  est une langue morte en Turquie. De nombreuses langues locales des chrétiens indigènes - y compris grec pontique, l'arménien occidental, le Suret (assyrien néo-araméen), le Turoyo (Assyrian occidental), et le Hertevin (araméen oriental) - sont sur ​​le point de disparaître. Ce ne sont pas seulement des lieux de culte qui sont détruits ou laissés à la dévastation en Turquie, il s'agit de toute une civilisation à laquelle l'Occident doit tant.

En cela, non seulement l'agression par les autorités musulmanes, mais aussi l'apathie de nombreux habitants musulmans ont joué un rôle important.
Comment les musulmans se sentiraient ils si leurs mosquées de La Mecque avaient été mises en vente sur internet? Ou transformé en écuries? Ou rasées? Comment se sentiraient-ils si un enfant musulman avait été battu dans la salle de classe par son professeur pour ne pas avoir dit «Jésus est mon Seigneur et Sauveur?"
Comment se sentiraient les musulmans s'ils recevaient continuellement des menaces ou des insultes graves pour seulement avoir tenté pacifiquement de prier dans leurs mosquées? Ou s'ils devaient toujours vivre dans la peur de la violence? Ou s'ils avaient été systématiquement traités comme s'ils étaient des citoyens de seconde classe - dans leurs terres autochtones où leurs ancêtres régnaient autrefois?

Étant donné que ces questions ne sont pas abordées dans les pays musulmans, des crimes similaires sont commis à plusieurs reprises - jour après jour. Apparemment, l'un des changements les plus évidents que l'Islam politique entraîne dans son psychisme est la perte de l'empathie.

Avant que les dirigeants politiques ou religieuses musulmanes ne tiennent des conférences, dans le monde entier, sur la menace inexistante de «l'islamophobie» ou «de l'intolérance contre les musulmans» en Occident, ils pourraient assumer leur responsabilité morale et aborder les vrais abus contre les chrétiens dans leur pays d'origine, y compris l'intense haine des Chretiens - et la haine des Juifs, et le génocide chrétien réel - à la fois physique et culturelle - qui se passe actuelement dans le monde musulman.
Uzay Bulut, est né et a grandi en musulman, est un journaliste turc actuellement basé à Washington DC

[1] Les chrétiens protestants, comme les autres confessions chrétiennes en Turquie, ne jouissent pas du droit de partager librement leur foi avec les gens, ni de former leurs chefs religieux. Les Communautés protestantes en particulier, n'ont pas le droit d'organisation en congrégation, parce qu'ils ne sont pas reconnus comme des entités juridiques. Le rapport donne des informations détaillées sur l' ensemble de ces actions discriminatoires quotidiennes contre les chrétiens protestants.

dimanche 17 avril 2016

Les imams belges refusent de prier pour les victimes des attentats : il y a des mécréants parmi eux.

Publié le Mardi 29 Mars 2016 à 
Régions > Bruxelles
http://www.lacapitale.be/1522136/article/2016-03-24/attentats-de-bruxelles-le-conseil-des-theologiens-refuse-de-reciter-une-priere-dAttentats de Bruxelles: le Conseil des Théologiens refuse de réciter une prière dédiée aux victimes "pas toutes musulmanes"

Rédaction en ligne
Dès ce jeudi, l’Exécutif des musulmans de Belgique avait annoncé dans nos colonnes vouloir planifier une action pour ce vendredi au sein des mosquées du pays suite aux attentats de Bruxelles. Mais également, d’unifier un discours pour la prière du vendredi 25 mars. Finalement, son Conseil des Théologiens a préféré appeler tous les imams de Belgique à consacrer le sermon du vendredi au refus de toute forme de radicalisme, de fanatisme et de terrorisme, sans faire de déclaration commune à toutes les mosquées.
EXCLUSIVITÉ LA CAPITALE

Photo News
Une position qui manque de fermeté dénoncée par certains membres de la communauté musulmane. Mais plus encore. Lors d’un conseil, comme nous l’affirment plusieurs sources, les représentants religieux ont refusé de demander aux imams de réciter la sourate « Al-Fatiha » (l’ouverture) en hommage aux victimes des attentats. Et ce, parce que les victimes ne sont pas toutes musulmanes. « Ils ont prétexté que cela n’était pas prévu dans les codes rituels. C’est-à-dire qu’il n’est pas prévu dans la pratique de dédier une prière à des non-musulmans. »
See video
Une information qui nous a été confirmée par l’islamologue Michaël Privot. « Il a été refusé de réciter cette prière en hommage à des « mécréants » pour reprendre les propos. Une minute de silence a également été proposée lors de la réunion, qui a été une nouvelle fois refusée », ajoute-t-il.
Cette position n’a pas été exprimée d’une seule voix. La proposition a été mise sur la table et a été discutée, mais le refus l’a emporté. « Que peut-on attendre d’un corps de garde qui se base sur une matière prémâchée ? Plus que jamais, il faut un sursaut de la part de la communauté musulmane. Car c’est en leur nom qu’on commet des actes barbares. Que ce soit réciter Al-Fatiha ou observer une minute de silence, il faut une initiative unanime.